© 2019 Senou Publishing | Depuis le 10 Sep. 2017  |  Mentions Légales et Confidentialités 

Méthodes d’évaluation des stocks en-cours

Méthodes d’évaluation des stocks en-cours
17 octobre 2017 Awa FALL
In Blog
impact des créances

L’évaluation des stocks

L’évaluation des stocks est très importante. L’identification des éléments du coût d’acquisition ou de production des stocks est une étape non négligeable de la valorisation de ces actifs. La valorisation des éléments identifiables (des voitures ou des immeubles par exemple) ne pose pas de difficulté particulière. En effet, elle s’effectue à leur coût réel d’entrée. Mais la difficulté est réelle lorsqu’on est en présence de biens non identifiables. C’est le cas par exemple pour un stock de chaussures, de clous. Donc les biens sont interchangeables, c’est-à-dire des biens qu’on ne peut distinguer d’autres biens de même nature une fois entrés en stock.

Il s’avère alors nécessaire de recouvrir à une des méthodes de détermination du coût des stocks. Ce coût doit être identique pour tous les stocks de même nature et d’usage similaire pour l’entreprise. Pour ce faire, on prend en compte le coût du stock à l’arrêté des comptes de l’exercice précédent (qui en fait est le stock final théorique) auquel s’ajoutent les achats de l’exercice considéré. Lorsque l’on en défalque la valeur des sorties de stocks (ventes) on retrouve le stock final de l’exercice. Les principales méthodes d’évaluation des stocks sont la méthode de l’épuisement des lots avec ses variantes et la méthode du coût moyen pondéré (CMP).

La méthode de l’épuisement des lots

Les déclinaisons de la méthode de l’épuisement des lots sont : les méthodes FIFO et LIFO. La méthode FIFO dite First in, First out se traduit en français par « premier entré, premier sorti » (PEPS). Et la méthode LIFO Last in, first out (LIFO) qui veut dire « dernier entré, premier sorti ». Cette dernière méthode n’est pas admise par le système comptable OHADA. Cela, même si elle est du reste tolérée comme méthode alternative par la norme comptable internationale IAS n°2. Elle révèle ses avantages principalement en période d’inflation.

Illustrons les méthodes FIFO et LIFO par l’image d’un cultivateur de mil. En effet, ce dernier peut stocker sa production dans son grenier en utilisant un entonnoir. Lorsqu’il place l’entonnoir au-dessus de son grenier et y verse le mil, les premières graines versées en stock à travers l’entonnoir sont les premières à en ressortir. Il s’agit là de la technique du premier entré, premier sorti (ou FIFO). Tout le contraire de la méthode du dernier entré premier sorti (LIFO). Si notre cultivateur bouche l’entonnoir par le bas et le remplit à ras bord, les dernières quantités de graines versées seront les premières à se déverser hors de l’entonnoir pour atterrir dans le grenier, tandis que les premières graines gisent au fond de l’entonnoir.

La méthode du PEPS

La fluctuation des prix d’acquisition et de production (des marchandises, fournitures et matières premières) au cours d’un exercice fait que les éléments de stock, bien qu’identiques, n’entrent pas toujours au même coût dans le patrimoine de l’entreprise. Cependant, la logique de la méthode du Premier entré, premier sorti (PEPS) veut que les stocks acquis ou produits en premier soient considérés comme étant les premiers à être vendus de sorte qu’en fin d’exercice, le stock final soit composé des biens acquis ou produits le plus récemment. Une telle situation impose un enregistrement des dates d’acquisition et une évaluation des sorties. Cette méthode est adaptée aux entreprises. Ces entreprises pratiquent l’inventaire permanent consistant à suivre l’évolution des stocks au jour le jour.

La méthode du coût moyen pondéré (CMP)

La méthode du CMP détermine une valeur moyenne des entrées de stocks utilisée comme valeur de référence. Cette méthode établit une moyenne pondérée du coût de biens similaires en début et en cours d’exercice. Elle peut être utilisée quel que soit le type d’inventaire pratiqué par l’entreprise. Au demeurant, selon que l’entreprise pratiquera l’inventaire permanent ou intermittent, elle fera recours à une des variantes du coût moyen pondéré autorisées dans l’espace OHADA, en l’occurrence le CMP après chaque entrée (a) et le CMP sur la durée moyenne de stockage (b).

a- Le coût moyen pondéré après chaque entrée

Cette méthode se prête plus à l’inventaire permanent et consiste à déterminer un coût moyen pondéré après chaque nouvelle entrée en stocks. Ce coût moyen pondéré est obtenu en faisant le rapport entre d’une part le coût du stock initial auquel on ajoute celui des entrées en stocks de la période considérée et d’autre part les quantités de stocks initiaux et les entrées en stocks de la période.

                                                                              Coût du stock initial + Coût des entrées

                                                           —————————————-—————————————-

                                                                        Stock initial en quantité + Entrées en quantité

b- Le coût moyen pondéré calculé sur la durée moyenne de stockage :

L’inventaire intermittent est le cadre d’expression privilégié de la méthode du coût moyen pondéré sur la durée moyenne de stockage. La dernière période de l’exercice est celle utilisée comme période de référence qui sera considérée comme durée moyenne d’écoulement des stocks. Le processus d’établissement du coût moyen pondéré sur la durée moyenne de stockage se déroule en cinq étapes marquées chacune par l’application d’une formule :

  • D’abord, on détermine en premier lieu le stock moyen par le rapport :

                                                                                         Stock initial + stock final

                                                              —————————————-—————————————-

                                                                                                          2

  • Ensuite on établit la consommation de la période par la formule suivante : Total des sorties = SI + entrées – SF
  • La 3ème étape se déroule en deux phases : on cherche d’abord la rotation de la période en déterminant le taux annuel de rotation ou d’écoulement (la fréquence de renouvellement du stock au cours de l’exercice) en faisant le rapport

                                                                                             Consommation de la période

                                                           ——————————————————————————–

                                                                                                          Stock moyen

                        Puis on établit la durée moyenne d’écoulement (à l’inverse du taux de rotation, il indique la moyenne de temps qui s’écoule sans que l’entreprise n’ait besoin de renouveler son stock) :

                                                                                                           1

                                                                                  —————————————- X 12 mois (360 jours)

                                                                                           Taux de rotation

  • Le coût moyen des entrées de la dernière de l’exercice est alors établi par la formule :

                                                                                            Entrées en valeur

                                                                                  —————————————-

                                                                                           Entrées en quantité

  • Enfin, la dernière étape consiste à établir le stock final réel :

                                                                        Stock final en quantité x coût moyen

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*