© 2019 Senou Publishing | Depuis le 10 Sep. 2017  |  Mentions Légales et Confidentialités 

Valorisation des entrées de stocks

Valorisation des entrées de stocks
26 septembre 2017 Awa FALL
In Blog
comptabiliser des emprunts

A l’image d’un pays dont les portes d’entrées que sont les frontières aériennes, terrestres et maritimes sont diverses, les voix d’entrées dans le patrimoine de l’entreprise sont tout autant diversifiées. Les stocks peuvent entrer dans le patrimoine de l’entreprise par acquisition à titre onéreux (le visa d’entrée peut être payant), à titre gratuit (une manne tombée… du ciel, c’est du miel pour l’entreprise), par voie d’apport par les associés (l’immigration choisie… un  investissement qui peut porter des fruits !) et à travers leur production en interne (n’acquiert-on pas la majorité par la naissance dans un pays ?).

La voie d’entrée dans le patrimoine empruntée laisse des traces sur le processus de valorisation de ces actifs circulants. Ainsi, les biens acquis à titre onéreux seront valorisés à leur coût d’achat ou d’acquisition, alors que les stocks reçus à titre gratuit le seront à leur valeur actuelle. Les actifs apportés à l’entreprise que ce soit à sa constitution, à un autre moment de son existence ou suite à une fusion seront inscrits à l’actif pour leur valeur d’apport. Les biens produits par l’entreprise seront quant à eux valorisés à leur coût de production.

La problématique des stocks est posée à l’entame de la présentation de la norme comptable IAS n°2.1 en ces termes : « une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks est celle du montant des coûts à comptabiliser en tant qu’actif et à différer jusqu’à la comptabilisation des produits correspondant ». Nous mettrons  l’accent sur le mode d’acquisition à titre onéreux de marchandises et la production de stocks qui se distinguent par leur valorisation au coût d’acquisition pour le premier et au coût de production pour le second. Une distinction essentielle dont l’intérêt est loin d’être formelle.

1.      Le coût d’acquisition

De prime abord, il faut préciser que les marchandises sont des biens acquis en vue d’être revendus en l’état. Elles sont valorisées au coût d’acquisition composé essentiellement du prix d’acquisition et des frais accessoires d’achat. Ces derniers comportent :

  • Les droits de douanes ;
  • Les impôts et taxes non récupérables qui constituent dès lors une charge ;
  • Les dépenses exposées pour rémunérer des prestations liées à l’acquisition de marchandises telles que les frais de transport, de manutention, de transit, les commissions…
  • Les charges financières éventuelles supportées dans le cadre strict de l’acquisition de marchandises, notamment les intérêts supportés jusqu’à l’arrivée au lieu de stockage.

Les rabais, remises, ristournes accordés à l’entreprise viennent en déduction du coût d’acquisition. Lorsque le stockage des marchandises entraîne des charges, elles ne sont pas comptabilisées dans le coût d’acquisition. Il est plus aisé d’établir le coût d’acquisition d’un actif identifiable en lui rattachant les frais accessoires, remises, ristournes et rabais biens déterminés. La détermination des coûts d’acquisition pour les marchandises non identifiables, les fournitures consommables, les emballages peut s’effectuer par la méthode du coût moyen pondéré ou celle dite du premier entré, premier sorti. Les marchandises sont valorisées au coût d’acquisition tandis que les produits finis le sont au coût de production dont le contenu est plus élargi.

2.      Le coût de production

A la différence du coût d’acquisition composé du prix d’achat et des frais accessoires, le coût de production comprend les charges directes et indirectes liées au processus de production. Le coût de production regroupe les charges directement exposées dans l’acquisition de matières premières, de fournitures utilisées dans la fabrication de produits finis, d’emballages fabriqués, de produits semi-ouvrés, produits et travaux en cours. Il comporte également les charges indirectes rattachables au processus de production telles que les dépenses de main-d’œuvre, les charges financières. Ces dernières sont constituées des charges d’intérêts arrimées aux capitaux empruntés pour supporter le coût de production des stocks. Les charges d’amortissement du matériel utilisé pour la production de produits finis sont prises en compte dans la fixation du coût de production.

Les coûts de production incluent donc les frais supportés jusqu’à l’entrée des actifs dans l’espace de stockage à l’endroit et dans l’état où ils se trouvent ou à l’inventaire. Les coûts qui interviennent après ce repère, tels que les charges financières nées après, celles liées au stockage de produits finis ou au déplacement d’actifs en stock, d’un établissement de l’entreprise à un autre ne sont pas à intégrer dans les frais de fabrication. La valeur des en-cours est déterminée à partir des charges de matières premières et dépenses supportées dans l’élaboration de ces produits intermédiaires. En outre, les frais de sous-traitance sont pris en compte lorsque l’entreprise acquiert des matières premières et autres produits qu’elle confie à une autre entité pour un traitement spécifique.

Les normes comptables internationales excluent toute prise en compte dans le coût de production de charges telles que les frais de recherche et de développement, les charges commerciales et d’administration générale, même si elles sont liées au processus de production. Etant donné que la détermination des coûts de production des stocks s’arrête à l’entrée des stocks dans leur lieu de stockage, il est logique que des frais de commercialisation non encore supportés au moment du stockage ne soient pas intégrés au coût de production. Cette même logique conduit à l’exclusion des frais financiers supportés après le stockage de produit finis. Face aux difficultés de détermination du coût de production des stocks, le recours à la comptabilité analytique est une option pour les entreprises qui l’utilisent.

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*